COVID-19 : la vente du cannabis en hausse au Canada selon des rapports

Par Pierre, le 2 mai 2020 — 5 minutes de lecture

La situation de confinement en cette période de Covid-19 est différemment vécue dans les pays confinés. Au-delà des achats de vivres, au Canada, de nombreux individus inscrivent dans leur liste de course le cannabis. Ils achètent la “drogue douce” pour mieux gérer leur mise en quarantaine et ne pas céder au stress. Le Canada a légalisé le cannabis à usage thérapeutique en 2001. Les personnes souffrant de dépression peuvent en faire usage particulièrement dans des contextes sociaux difficiles comme c'est le cas avec la quarantaine ou le confinement. Néanmoins, avec les files d'attente au niveau des magasins de vente, il y a des risques de contagion accrus. Face à cela, les vendeurs de cannabis ont pris des mesures idoines. Quels sont les usages thérapeutiques du cannabis dans cette situation de Covid-19 ? Comment se déroulent les ventes de cannabis en cette période ? Nous tentons de répondre à ces interrogations dans cet article.

Les usages thérapeutiques du cannabis dans un contexte de Covid-19

Au Canada, après l'alcool et le tabac, le cannabis est la substance psychoactive la plus utilisée. Dans ce contexte de crise sanitaire dû au Covid-19, les ventes de cannabis sont en hausse. Selon la Société québécoise du Cannabis (SDQC), il y a une augmentation des ventes sur l'étendue du territoire canadien. La société publique Ontario Cannabis Store (OCS) est beaucoup plus précise sur cette hausse en mettant en avant des chiffres. En effet, selon l'OCS, les ventes de cannabis ont connu des hausses allant de 80 à 100 pour cent. Cela dépasse de loin la situation normale, même si les ventes de cannabis ont commencé à connaître des hausses après sa légalisation comme substance thérapeutique et récréative.

Pour la plupart des citoyens canadiens, le cannabis peut permettre de garder le moral dans la situation actuelle de crise. Des chercheurs ont montré que le confinement sur une longue période expose les individus confinés à un fort risque de dépression. Rester enfermés entre 4 murs et vivre dans la routine n'est pas favorable à un épanouissement psychologique, ni à l'accomplissement de soi. Cela provoque un sentiment de manque chez les personnes en confinement qui sont donc exposées à la dépression. Pour pallier cela, de nombreux canadiens ont fait le choix du cannabis.

En 2015, une étude de l'Université de Buffalo a démontré que les composés dans le cannabis ont la possibilité de lutter contre la dépression et de stabiliser l'humeur. Il faut également ajouter que d'autres études menées en France et aux États-Unis estiment que le cannabis pouvait aussi stimuler l'appétit et vaincre les douleurs chroniques. C'est principalement à cause de ces vertus thérapeutiques que les canadiens ont pris d'assaut les magasins de vente de cannabis. Ces derniers font de bons chiffres d'affaires depuis le début du Covid-19. Cependant, il faut bien prendre des mesures pour acheter son cannabis en toute sécurité et éviter le risque de contagion.

La vente de cannabis malgré le Covid-19

Faire de longues files d'attente pour se procurer du cannabis représente un réel risque pour les clients et les vendeurs. Il est recommandé d'observer une distanciation sociale pour éviter la propagation du virus. Face à ce risque, la plupart des magasins de vente de cannabis ont mis l'accent sur la vente en ligne. D'autres n'ont pas hésité à fermer pour exercer leur commerce exclusivement en ligne. De fait, les clients font leurs achats sur le site du magasin de vente, puis ce dernier leur livre à domicile le cannabis acheté. Cela permet d'amoindrir les risques de contagion.

Dans les magasins qui n'ont pas encore procédé à la fermeture, des mesures d'hygiène sont mises en place pour les acheteurs et les vendeurs. Ces derniers évitent de manipuler l'argent liquide en portant des gants. Notons que ces magasins incitent aussi leurs clients à privilégier l'achat en ligne. Or, malgré cette incitation, beaucoup de clients préfèrent se rendre dans les magasins physiques pour se procurer du cannabis.

En définitive, notons que si d'aucuns s'inquiètent des risques liés au confinement au point de recourir au cannabis, d'autres ont choisi d'adopter d'autres méthodes. Pour éviter le risque de dépression donc, de nombreux canadiens se sont tournés vers certaines activités ludiques à domicile. Toutefois, les vertus thérapeutiques du cannabis l'emportent souvent sur ces activités. C'est sous ce registre qu'il faut comprendre l'usage massif de cette “drogue douce”.