Syndrôme de stress post-traumatique : le cannabis serait efficace pour le traitement de la dépression chez les personnes atteintes

Longtemps interdit dans de nombreux pays, le cannabis devient aujourd’hui une solution médicale. Il participe à la guérison de nombreuses pathologies. Le stress post-traumatique est l’une d’entre elles. Il s’agit d’un trouble réactionnel qui suit généralement un fait ou une situation traumatique. Il est aussi fréquent chez les adolescents que chez les adultes. En quoi est-ce que le cannabis est-il efficace pour soulager le syndrome de stress post-traumatique ? Dans quelles proportions faut-il le consommer pour soigner des maux post-traumatiques ? On en parle dans le présent article.

Le cannabis pour un apport de cannabinoïdes

Nichés dans des récepteurs spécifiques, les cannabinoïdes sont des molécules produites de façon naturelle par l’organisme. Ils forment un système endocannabinoïde dont le but est de veiller au maintien des fonctions cervicales. Ces molécules contribuent à la stabilité du corps et du cerveau suite à des événements traumatiques tels que :

  • les troubles de mémoire,
  • la peur,
  • les chocs émotionnels,
  • les troubles de sommeil, etc.

Des études ont prouvé que le cannabis renferme des cannabinoïdes similaires à celles endogènes. Elles sont apportées par deux composantes essentielles que sont le tétrahydrocannabinol et cannabidiol. Si le premier est réputé pour provoquer l’ivresse, le second est connu pour soulager l’anxiété, l’épilepsie et les inflammations.

En effet, les personnes atteintes du syndrome de stress post-traumatique ont besoin d’une quantité importante de cannabinoïdes. Les molécules présentes dans le cannabis viennent alors suppléer la production endogène. Elles contribuent donc au bon fonctionnement des processus cérébraux. C’est à juste titre que le cannabis est considéré comme un neuroprotecteur.

Un effet inhibiteur de la dépression et des pensées suicidaires

La dépression est un malaise mental qui affecte près de 25 % de la population européenne. En général, elle puise son origine dans d’un éventuel traumatisme. Elle se manifeste de différentes manières à savoir :

  • les envies de pleurer,
  • la perte d’appétit,
  • la mauvaise humeur permanente,
  • la fatigue constante,
  • le manque de concentration et de motivation, etc.

Quand un individu souffre d’un syndrome de stress post-traumatique, la tendance au suicide n’est jamais assez loin. C’est un stade évolué de la dépression qui se manifeste également de diverses façons. Cela découle principalement des traumatismes de catastrophes, de conflits et de violence. De nombreux témoins expérimentaux ont prouvé que le cannabis permettait de retrouver la joie de vivre.

Grâce à son effet relaxant, il rehausse votre humeur et vous permet de vous sentir bien. Il régule l’activité cérébrale et permet donc de déstresser. Il a le pouvoir d’un anxiolytique. En d'autres termes, le cannabis limite les émotions négatives afin d'équilibrer le psychisme des sujets dépressifs. C’est d’ailleurs pourquoi il est beaucoup plus consommé par les personnes bipolaires. Par ailleurs, cet effet est absent chez les consommateurs excessifs de drogue. A contrario, ces derniers sont sujets d’une augmentation des troubles dépressifs.

Le cannabis pour améliorer le sommeil

Les personnes atteintes du syndrome de stress post-traumatique manifestent dans la plupart des cas des difficultés à dormir. Ces dernières ont alors du mal à faire reposer les organes de leur corps qui sera en alerte maximale. Elles sont aussi exposées à des cauchemars et un stress permanent. Cela entraîne bien évidemment une fatigue chronique et un déséquilibre psychologique.

Après expérience, l’usage du cannabis s’est aussi montré favorable pour soulager ce trouble. Il met en évidence un apport de nabilone qui est un stimulant des récepteurs cannabinoïdes. L’efficacité du cannabis s’est alors montrée plus optimale que l’utilisation des antidépresseurs et des médicaments habituels. Il doit cette vertu aux cannabinoïdes plus précisément au cannabidiol (CBD).

C’est une substance non psychoactive très accessible et très puissante. Elle est atoxique et son action est plus approuvée que celle des opioïdes. Il est constaté chez les sujets soumis au traitement une réduction considérable ou un arrêt des flashbacks et sueurs nocturnes. De plus, nous notons l’amélioration de la qualité, mais aussi de la durée du sommeil. Parallèlement, les souvenirs traumatisants sont peu à peu libérés jusqu’à leur disparition totale.

Pour conclure, le cannabis est une solution médicale à exploiter de nos jours. Bien qu’il soit quelques fois nocif, c’est un parfait complément pour la psychothérapie. Il doit son efficacité aux cannabinoïdes qui font de lui un renfort au système endocannabinoïde. En un mot, le cannabis participe au rétablissement physique et émotionnel des personnes ayant subi des traumatismes. Toutefois, l’utilisation du cannabis en psychothérapie doit être rationnelle. Une automédication est vivement déconseillée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *