Les querelles sur la substance active du cannabis (CBD) se poursuivent

L’Office fédéral de la protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire contredit l’Association européenne du chanvre industriel

La semaine dernière, la presse a rapporté que l’Association européenne du chanvre industriel (EIHA) remettait en question la classification des aliments contenant des cannabinoïdes comme nouveaux aliments car le cannabidiol (CBD), qui est dérivé du cannabis certifié en Europe, n’est en aucun cas un nouvel aliment. Selon ce document, des parties de la plante de cannabis contenant de la CDB étaient déjà préparées et consommées en quantités importantes dans les États membres de l’UE avant l’entrée en vigueur du règlement sur les nouveaux aliments le 15 mai 1997. Par conséquent, les aliments et les compléments alimentaires contenant de la CBD ne doivent pas être approuvés et doivent être classés comme commercialisables. Selon l’EIHA, le ministère fédéral de l’alimentation et de l’agriculture a également suivi cette évaluation – ce qui est assez surprenant.

L’association industrielle Cannabis-Wirtschaft e.V. a alors demandé à l’Office fédéral de la protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire de vérifier dans quelle mesure la ligne claire adoptée par les autorités et les tribunaux dans l’évaluation des produits contenant de la CDB en tant que nouveaux aliments, telle qu’elle figure dans le catalogue des nouveaux aliments, est toujours valable. La réponse de l’Office fédéral a suivi rapidement – et donne à réfléchir :

“L’opinion de l’EIHA est surprenante et incompréhensible”, écrit l’autorité. “Pour les extraits de chanvre ou les produits fabriqués à partir de ceux-ci qui contiennent des cannabinoïdes (par exemple, la CBD), ni l’EIHA ni les autres opérateurs économiques n’ont jusqu’à présent fourni de preuves suffisantes pour établir une consommation significative dans l’UE. Par conséquent, ces produits continueront à être considérés comme de nouveaux aliments dans toute l’UE.

La décision sur la classification des extraits de chanvre contenant des cannabinoïdes a été prise par les États membres de l’UE et la Commission européenne après avoir examiné et évalué toutes les informations disponibles. À cet égard, les avis de l’Office fédéral de la protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire (BVL) et du ministère fédéral de l’alimentation et de l’agriculture ne divergent pas. L’avis de la BVL n’a pas non plus changé.

Au sein du gouvernement fédéral, le BVL est l’organe compétent pour clarifier si un produit relève ou non du champ d’application du règlement sur les nouveaux aliments. Dans ce cas, le BVL assure la coordination avec les plus hautes autorités de l’État chargées du contrôle des denrées alimentaires.

Je voudrais également souligner que d’autres législations nationales spécifiques peuvent restreindre la mise sur le marché de produits en tant que denrées alimentaires. Dans le cas de l’Allemagne, les dispositions de la loi sur les stupéfiants et de la loi sur les médicaments sont particulièrement remarquables dans ce contexte. Les produits de la plante de chanvre qui répondent à la définition d’un stupéfiant ou d’un médicament ne sont pas commercialisables en tant que denrées alimentaires.

Avec cette clarification de l‘Office fédéral de la protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire, cela devrait être clair : Dans la bataille pour l’or vert contenant des cannabinoïdes, les lobbyistes pharmaceutiques ont un net avantage – grâce à la vitamine C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *