Légalisation du cannabis en France : proposition de choc du Conseil d’analyse économique (CEA)

Les experts gouvernementaux appellent la France à légaliser le cannabis. Un rapport du Conseil d’analyse économique (CEA) recommande la création d’un monopole sur la production et la distribution du cannabis. L’interdiction actuelle est ” un échec “. Selon les économistes, cette mesure permettrait de combattre et de limiter plus clairement la contrebande et le commerce au noir. En outre, le déménagement pourrait générer jusqu’à 2,8 milliards d’euros de recettes fiscales chaque année et créer jusqu’à 57 000 emplois. Les statistiques de 2016 montrent que 41,4 % des Français âgés de 15 à 64 ans ont déjà essayé le cannabis, soit plus du double de la moyenne européenne.

Le CEA est un organisme indépendant dont la principale mission est de conseiller le Président et le Premier ministre du pays sur diverses questions économiques. Les principaux analystes du rapport, les économistes Emmanuelle Auriol et Pierre-Yves Geoffard, tentent de convaincre les dirigeants politiques français que la légalisation complète est non seulement avantageuse sur le plan fiscal, mais qu’elle permet également à l’État de contrôler le marché du cannabis, qui est actuellement aux mains de criminels. Après sa publication, la proposition a été soutenue par de nombreux médecins, économistes et politiciens. Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite dès maintenant – avec des informations détaillées, des commentaires sur le marché, un portefeuille d’échantillons et des signaux commerciaux sur le marché du cannabis La France est connue pour avoir des lois très strictes sur la possession et l’utilisation du cannabis.

Le gouvernement actuel est ouvert aux changements législatifs. En novembre 2018, l’amende pour possession a été réduite à seulement 200 €, remplaçant une loi des années 1970 qui prévoyait une peine d’emprisonnement d’un an et des amendes plus élevées pour la possession et la consommation de drogues illégales. Malgré tout, la France est le leader européen en matière de consommation de drogues illicites (dont le cannabis), notamment chez les adolescents. La proposition du CEA a déclenché une nouvelle discussion en France sur les avantages du cannabis médicinal et du cannabis à usage récréatif. La réaction du public est venue la semaine dernière de la ministre des Transports Elisabeth Borne, qui a confirmé que l’État français est toujours opposé à la légalisation du cannabis à usage récréatif. En ce qui concerne le cannabis médical, le gouvernement mène actuellement une étude officielle sur ses avantages. L’étude devrait être terminée avant la fin de 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *